édito


On Vous Ment ! Festival documenteur – Seconde édition

À l’ère de la Post-vérité, les documenteurs sont-ils rois ? Nous vivons une turbulente période où hoax en série et populistes d’extrême droite parviennent à remettre en cause les principes démocratiques, font tanguer la science la plus dure et inventent chaque jour des « faits alternatifs ». Nous serions alors les premiers à être montrés du doigt, nous les embrouilleurs, les propagateurs de bobards professionnels. Cependant, loin de hurler avec la horde des loups complotistes, nous ferions plutôt partie de la solution. Car nous avons justement choisi de mettre en lumière leurs méthodes, de les décortiquer, de les mettre à nu. Peter Watkins l’avait compris : fabriquer des faux documentaires est la meilleure méthode pour dénoncer la part de subjectivité et d’idéologie dans une oeuvre documentaire.

Début 2017 cependant, de Popstar never stop stopping à Mascots, le genre fait la part belle à ce qu’on nomme le Mockumentary, comédie qui prend une forme documentaire mais s’a ranchit de l’approche réaliste. Un sous-genre que, personnellement, j’adore, pour sa puissance satyrique, son humour bien souvent corrosif, et son implaccable critique de la société et des médias. Malheureusement, tout le monde n’est pas Christopher Guest ou Ricky Gervais, et le plagiat, le manque d’audace ont transformé les mockumentaires, au même titre que les found footages, en une voie de facilité.

Alors pour notre seconde édition, nous appelons à un retour aux sources. Des oeuvres qui retrouvent une liberté de fond et de forme, qui expérimentent et questionnent le rapport entre réalité et fiction, dans la veine percutante d’un Luc Moullet ou d’un Werner Herzog. Souvenez-vous de I’m still Here de Casey Affleck. Est-ce un documentaire sur Joaquin Phoenix jouant un personnage ou un faux documentaire ? Je n’ai toujours pas trouvé la réponse. Souvenons-nous du profond et courageux engagement politique et social de Watkins, de sa critique de la Monoforme et de sa créativité. Des films qui, cherchant la crédibilité, construisent un univers parallèle qui bouleverse le nôtre, et inventent de nouveaux rêves. Voilà ce que je guette au cinéma, et voilà ce que le festival On Vous Ment espère réussir à vous offrir pour cette deuxième édition.

– Nicolas Landais, président du festival